Pour avoir accès à mon Classeur Privé, inscrivez-vous à la Lettre de Sophie, et le code d’accès vous sera automatiquement envoyé.

Salariat VS Indépendance
Sophie Bosson
SALARIAT VS INDEPENDANCE

L’indépendance, c’est souvent le rêve pour beaucoup de personnes, ou l’enfer pour les autres. Entre l’image du méchant patron, des parachutes dorés, des cotisations ou autres taxes assommantes, l’indépendance a mauvaise presse, mais qu’en est-il réellement ? (parlons de ce que je connais : le Secrétariat Indépendant)

Être indépendant, c’est, par définition, ne pas avoir de lien de subordination.

Les liens de subordination sont souvent le problème majeur lorsque nous sommes salariés. Nous ne sommes jamais (rarement) d’accord avec notre supérieur hiérarchique.

De ce fait, l’indépendance doit vous paraître la solution idéale !

Oui ! Mais…

Il y a toujours un mais ? .

Étant indépendante, je réalise les tâches demandées par mes clients et les réalise de la manière dont ils me le demandent. Si je trouve qu’il y aurait moyen de faire plus vite cette tâche, je les informe. Mais s’ils ne souhaitent pas changer leur process, je m’incline et le fait à leur façon.

Ce n’est pas toujours facile de travailler d’une manière qui nous parait aberrante, mais nous sommes payées pour ça, et notre responsabilité n’est pas engagée.

L’indépendance, c’est choisir le montant de sa prestation.

Pour moi, être salarié est la méthode la moins efficace pour gagner de l’argent. Pourquoi ? Parce qu’en tant que salarié vous échangez votre temps contre de l’argent, sans aucun effet de levier. Et par définition, pour qu’une entreprise soit rentable elle doit toujours payer ses salariés moins que ce qu’ils lui rapportent. C’est mathématique.

Plus besoin de négocier son augmentation, de prouver à son employeur toute l’année que notre travail mérite plus que ce que l’on gagne, et de parfois se trouver face à un refus net et catégorique avec des excuses vraies ou fausses.

Encore une fois, l’indépendance est une solution idéale !

Oui ! Mais…

Il y a toujours un mais ? .

En tant qu’indépendante, j’ai dû faire une étude de marché afin de savoir à quel tarif j’allais me fixer. Est-ce que mes clients n’allaient pas prendre peur ? ou profiter de moi car le prix serait trop bas ?

Il faut aussi calculer le montant net restant dans nos poches une fois nos charges déduites (cotisations, achats divers, transport…).

Quelle valeur a mon travail ? Inestimable ! oui à mes yeux ☺, mais aux yeux de mes clients ?

Les augmentations ? c’est à nous de les gérer, quitte à perdre un client si le prix devient trop élevé pour lui.

Être indépendant, c’est prendre ses vacances quand on veut ! ?

Bretagne vacances

Oui ! Mais…

Il y a toujours un mais ? .

Depuis que je suis indépendante, je prends 2 semaines de vacances par an (et souvent en 2 fois).

Affreux, vous allez me dire. C’est vrai que j’en prendrai volontiers plus, mais (voici le mais ?) en tant qu’indépendante, je n’ai pas droit aux congés payés. C’est à moi de me payer mes congés.

Donc je les prends quand je veux, mais quand je ne travaille pas, je ne suis pas payée. C’est un choix.

Mes semaines sont aussi beaucoup plus allégées que lorsque j’étais salariée, je choisis mes horaires. Mon rythme est complètement différent, la fatigue n’est pas la même. Je n’ai plus jamais de présentiel.

L’indépendance, c’est choisir ses clients !

Alors là oui ! et je ne mettrai pas de « mais », car pour moi il est primordial de choisir ses clients. Nous travaillons sur une base de confiance mutuelle et si nous ne les apprécions pas, cela ne peut pas fonctionner.

Pour ma part, je fais tout pour choisir les personnes avec qui je travaille. Ce sont toutes des personnes que j’apprécie énormément, que je respecte.

Bref, tout ça pour vous dire que je ne regrette absolument pas d’avoir franchi ce cap il y a 4 ans. J’adore être indépendante.

Je n’ai vraiment pas l’impression d’aller travailler.

Alors oui, j’ai un statut facile diront certains (pour mon activité, c’est effectivement le meilleur statut que j’ai trouvé), et j’adore la paperasse. Mais être indépendant c’est un état d’esprit.

J’ai vécu des années de salariat pendant lesquelles j’aurais tellement voulu prendre certaines décisions à la place de mes employeurs.

Cette fois je peux le faire !

Je prends MES décisions pour l’avenir de mon activité. Et j’adore ça ! (Le plus dur pour moi est de ne pas aller trop vite ?)

secrétaire chef entreprise alfred

Et vous, avez-vous pensé à sauter le pas ?

Vous êtes secrétaire, assistante de direction en poste actuellement mais ne supportez plus vos horaires ? votre employeur ? vos collègues ? L’indépendance peut être une solution.

Vous étiez secrétaire, assistante de direction, et êtes actuellement au chômage ? L’indépendance peut être une solution.

Le plus difficile est la prise de décision.

Il faut peser le pour et le contre, prendre bien en compte les risques encourus (je vous dirais volontiers que si vous êtes au chômage, les risques sont quasiment inexistants).

Certains ou certaines peuvent avoir peur du changement. C’est naturel.

 

Albin Schmidt, spécialiste comportemental, exprime cela par

« changer, ce n’est pas se déposséder, c’est plutôt s’optimiser et évoluer ».

Albin a l’habitude d’accompagner de jeunes (ou moins jeunes) entrepreneurs sur le chemin de l’entreprenariat, afin d’adapter sa manière de penser non plus en tant que salarié mais en tant qu’entrepreneur, chef d’entreprise !

Comme il l’a fait avec beaucoup, Albin peut vous accompagner dans cette phase pas si évidente de transformation et de renaissance (pour certain).

 

Une dernière chose : les conditions parfaites n’existent pas.

Si vous attendez que le petit dernier soit à l’école, qu’on vous licencie (ou l’inverse : d’avoir trouvé un CDI pour mener une vie d’entrepreneur en parallèle avec l’assurance d’un salaire à la fin du mois), si vous attendez le printemps? (ou l’automne?), que votre mari ait sa promotion (ou de l’avoir quitté?), vous attendrez toute votre vie.

Le risque de se lancer en tant que micro-entrepreneur : nul.

Si vous êtes demandeur d’emploi : vous avez des aides.

Les 3 premières années en micro-entrepreneur : vous payez des charges réduites.

Si vous ne faites pas de chiffre d’affaires : vous ne payez pas de charges.

Si ça ne fonctionne pas : vous vous radiez.

Ce statut permet de cumuler un emploi salarié et une activité indépendante, c’est le moment d’en profiter pour se lancer (même quelques mois).

 

Si vous êtes secrétaire indépendante sur Dijon et les alentours, vous souhaitez développer votre réseau professionnel et/ou vous recherchez de la clientèle, contactez-moi ?

Si vous hésitez à vous lancer mais que cela vous tente fortement, contactez-moi ?

Si vous êtes déjà en poste mais souhaitez un complément de revenus, contactez-moi ?